Retour à la page précédente

Salamandra salamandra Linnaeus, 1758

FR Français : Salamandre tachetée, Salamandre terrestre, Salamandre commune, Salamandre de feu
EN English : Common Fire Salamandre, Fire Salamandre
DE Deutsch : Feuersalamander
ES Español : Salamandra común
Salamandra salamandra

Classification

La salamandre terrestre appartient à la famille des Salamandridae. Son statut de conservation est "préoccupation mineure" (UICN, consulté le 14 août 2011).

Sous-espèces

  • Salamandra salamandra alfredschmidti Köhler & Steinfartz, 2006 (Vallée de Tendi en Asturie)
  • Salamandra salamandra almanzoris Müller & Hellmich, 1935 (Centre de l'Espagne)
  • Salamandra salamandra bejarae Wolterstorff, 1934 (Massifs montagneux d'Espagne centrale)
  • Salamandra salamandra bernardezi Wolterstorff, 1928 (Asturie et Galice septentrionale et orientale)
  • Salamandra salamandra beschkovi Obst, 1981 (Monts Pirin en Bulgarie. Pattes courtes et parfois une bande médiane jaune sur le dos)
  • Salamandra salamandra crespoi Malkmus, 1982 (Algarve, avec de grandes taches jaunes aux contours irréguliers et mal définis)
  • Salamandra salamandra fastuosa Schreiber, 1912 (Pyrénées centrales et occidentales. Les taches jaunes forment deux lignes dorsales continues avec une ligne supplémentaire sur chaque flanc)
  • Salamandra salamandra gallaica Lopez-Seoane, 1885 (Portugal et Nord de l'Espagne. Taches souvent ternes et rougeâtre sur la tête)
  • Salamandra salamandra gigliolli Eiselt & Lanza, 1956 (Italie méridionale. Souvent très colorés en jaune, parfois avec des taches rouges sur le ventre)
  • Salamandra salamandra morenica Joger & Steinfartz, 1994 (Sierra Morena près de Séville. Petites taches, beaucoup de rouge sur la tête)
  • Salamandra salamandra salamandra Linnaeus, 1758 (Sous-espèce nominale, Europe centrale et méridionale. Motif irrégulier de taches jaunes, parfois oranges)
  • Salamandra salamandra terrestris Lacépède, 1788 (Europe occidentale. Les taches jaunes forment souvent deux lignes discontinues le long du dos)
  • Salamandra salamandra werneri Sochurek & Gayda (Mont Pélion en Grèce)
Synonyme

Le synonyme Salamandra maculosa Laurenti, 1768 a été jusqu'en 1955 le nom scientifique courant.

Distribution

Cette espèce se rencontre en Europe centrale, du sud et de l'est jusqu'en Turquie, aux Carpates, en Asie mineure, Syrie, Liban, Israël et en Afrique du nord de même qu'en Corse. La limite de répartition au sud-ouest de l'Europe est formée par la péninsule ibérique, où l'espèce est absente d'une grande partie de l'Espagne, excepté au nord du pays.

La salamandre tachetée est absente du Royaume-Uni, de l'Irlande et de toute la Scandinavie.

On peut trouver la salamandre tachetée dans les cimetières boisés de vieux arbres, à proximité de zones forestières. Ces habitats de substitution proposent de nombreux avantages aux salamandres: proximité de zones boisées, habitat varié avec de nombreuses caches, plusieurs points d'eau (bassines, robinets, coupes de fleurs), calme durant la période d'activité nocturne des salamandres.

Carte

Description

Adulte, la salamandre tachetée est impossible à confondre: son corps d'aspect boudiné et luisant est noirâtre, en partie couvert de taches jaunes sur le dessus de la tête et du dos, le bas des flancs, la gorge, les pattes, etc. Sur le dos et les flancs, ces taches peuvent fusionner et former des bandes ininterrompues. La queue est cylindrique. L'adulte mesure entre 15 et 20 cm. L'animal adulte est dans une large mesure indépendant des eaux de surface.

Les larves, aquatiques, sont de couleur gris-brunâtre. Leur queue est courte et leurs branchies bien visibles. Elles se distinguent des larves de tritons par la présence d'une tache claire à la base des pattes.

Alimentation

Les salamandres tachetées adultes se nourrissent dans une large mesure d'organismes invertébrés comme des cloportes, de petits coléoptères ainsi que de petites limaces. Les vers de terre sont également très appréciés, ainsi que les araignées et les insectes qui sont fréquemment approché "à la manière du caméléon" et ensuite, selon leur taille, attrapés soit avec la langue, soit par un saut suivi d'un coup de machoire.

La salamandre tachetée emploie différentes méthodes de chasse selon la situation. S'il y a suffisament de lumière, la chasse est basée essentiellement sur le mouvement de la proie, et la salamandre ignorera les proies immobiles. En revanche, lors d'une chasse nocturne, c'est l'olfaction qui est principalement utilisée; dans cette situation, la salamandre attaquera sa proie même si elle ne bouge pas, du moment qu'elle est capable de détecter son odeur.

Les salamandres tachetées dévorent en général tout ce qui n'est pas trop gros par rapport à leur taille. Cela peut parfois aussi être un autre amphibien, comme un triton ou une petite grenouille. Bien que généralement très lentes, elles peuvent devenir très agiles lors de la recherche de proie.

Les larves, quand à elles, se nourrissent essentiellement de larves d'insectes. Comme pour les adultes, tout ce qui a une taille inférieure peut être capturé. Lorsque la quantité de nourriture est trop faible et que la densité de larves est élevée, on peut observer des périodes de cannibalisme. Ceci peut également être déclenché par de trop grandes différences entre les classes d'âge des larves d'un même point d'eau.

Reproduction

La reproduction de la salamandre tachetée est un cas particulier parmi les amphibiens autochtones d'Europe centrale. Alors que la plupart des amphibiens se rendent dans les étangs et les mares au printemps afin de s'accoupler et d'y déposer leurs oeufs, les salamandres tachetées s'accouplent exculsivement hors de l'eau. La période d'accouplement a lieu d'avril à septembre, et la femelle ne se rends à une zone d'eau qu'à la fin de la période embryonnaire, au printemps, afin de déposer les larves.

Pour l'accouplement, le mâle se glisse sous la femelle et l'entoure avec ses pattes avant. La femelle absorbe avec son cloaque un petit emballage de sperme appelé spermatophore, déposé sur le sol par le mâle. Après l'accouplement, la femelle porte les embryons pendant environ 8 à 9 mois. Pour la naissance des larves, la femelle se rend dans l'eau et dépose une moyenne de 30 larves dans un endroit approprié des berges; cela se passe essentiellement de nuit. 

Après un accouplement réussi, la femelle garde en elle la semence du mâle durant plusieurs années. Cette stratégie de reproduction permet à la salamandre tachetée de donner de nouvelles générations sur de longues périodes sans forcément avoir de partenaire sexuel.

La salamandre tachetée atteint sa maturité sexuelle en 2 à 4 ans.

Moeurs

La salamandre tachetée aime surtout sortir la nuit, et après les pluies orageuses. Elle passe la journée cachée dans des endroits frais et humides (sous une vieille souche d'arbre, pierre, caverne, terrier d'animaux, etc.). Elle y passe aussi l'hiver d'octobre à mars, où elle hiberne. Elle montre une étonnante fidélité à son habitat, et revient régulièrement sur les mêmes lieux d'hibernation, année après année.

Les salamandres tachetées subissent des mues successives à intervalles réguliers, notamment au cours de la croissance. Elle peut vivre plus de 20 ans.