Retour à la page précédente

Rhinella marina Linnaeus, 1758

FR Français : Crapaud buffle
EN English : Cane toad, Giant neotropical toad, Marine toad
DE Deutsch : Agakröte, Aga, Riesenkröte
ES Español : Sapo de cana, Sapo neotropical gigante, Sapo marino
Rhinella marina

Classification

Le crapaud buffle appartient à la famille des Bufonidae. Son statut de conservation est "préoccupation mineure" (UICN, consulté le 1er juin 2012).

Synonyme

  • Bufo marinus

Distribution

Le crapaud buffle est originaire d'Amérique. On le rencontre dans une vaste partie septentrionale de l'Amérique du Sud, incluant la partie amazonienne, mais également en Amérique centrale et plus au nord jusqu'à la vallée du Rio Grande, au sud du Texas.

Ce crapaud a été introduit dans de nombreux pays pour lutter contre les nuisibles en agriculture. Il est aujourd'hui ainsi présent également en Floride, sur plusieurs îles des Caraïbes comme Porto Rico, la Jamaïque, la Guadeloupe, la Martinique ou encore Hawaï. Il a également été introduit sur d'autres continents comme l'Océanie où il a colonisé un très grand nombre d'îles des Philippines et de la Papouasie-nouvelle-guinée, ainsi que le nord de l'Australie.

Contrairement à ce que son nom scientifique pourrait laisser penser, le crapaud buffle est exclusivement terrestre, s'aventurant en eau douce seulement pour pondre. Il vit dans les prairies et les bois humides et montre une attirance particulière pour les milieux artificiellement modifiés par l'homme comme les jardins, les fossées de drainage, les plantations de canne à sucre, les chemins ou les parcs. Dans son habitat naturel, il peut aussi être rencontré en forêt subtropicales.

Carte

Description

Les adultes mesurent entre 10 et 15 cm de longueur. Ils peuvent être gris, jaunâtres, brun-rouge ou brun-olive. La peau du crapaud buffle est sèche et recouverte de verrues. Des glandes parotoïdes (glandes sous-cutanées à excrétion externe situées sur le dos, le cou et les épaules de certains crapauds et salamandres) sont situées derrières chaque oeil et recouvrent les épaules. Elles sont particulièrement volumineuses par apport à celles d'autres crapauds.

Les jeunes n'ont pas les glandes parotoïdes des adultes et sécrètent donc généralement moins de poison.

Les têtards sont petits et uniformément noirs. Ils mesurent de 10 à 25 mm de long.

Alimentation

C'est un animal opportuniste, se nourrisant d'animaux vivants comme morts, ce qui est très inhabituel chez les anoures.

Le crapaud buffle repère ses proies principalement par la vue, mais peut également utiliser son odorat. Son régime alimentaire est très varié. En plus de ses proies classiques que sont les petits rongeurs, les petits reptiles, d'autres amphibiens, des oiseaux et une grande variété d'invertébrés, il peut parfois aussi manger des plantes, de la nourriture pour chien ou des déchets ménagers. Il saisit ses proies avec sa langue qu'il déploie très rapidement. Il a pour habitude d'avaler ses proies entières.

Les têtards se nourrissent d'algues et d'autres plantes aquatiques qu'ils râpent grâce à leurs cinq rangées de dents minuscules. Ils filtrent également l'eau pour en extraire de la matière organique. Les têtards de plus grandes tailles peuvent parfois aussi consommer des oeufs de leur propre espèce.

Reproduction

Les femelles, mature à partir de l'âge de deux ans, pondent entre 8000 et 25000 oeufs qui forment de longues chaînes gélatineuses pouvant mesurer jusqu'à 20 mètres de longueur. Les oeufs sont noirs et couverts par une membrane. L'oeuf devient têtard d'autant plus vite que la température est haute. Ils éclosent en général après 48 heures, mais ce laps de temps peut varier entre 14 heures et 1 semaine. Il faut en moyenne 4 semaines pour que le têtard devienne un petit crapaud. Tout comme l'adulte, l'oeuf et le têtard sont toxiques pour de nombreux animaux.

Après leur métamorphose, les petits crapaud grandissent rapidement. Cette croissance rapide est indispensable à la survie de l'espèce, car pendant la période qui suit la métamorphose et avant qu'il ne soit adulte, il perd la toxicité qui le protégeait lorsqu'il était têtard, car il n'a pas encore de glandes parotoïdes productrices de bufotoxine.

Moeurs

Le crapaud buffle est un animal nocturne que l'on peut rencontrer la journée sous des arbres tombés à terre, des feuilles de cocotiers ou tout autre abris similaires. Il peut supporter des températures maximales de 40 à 42 °C et minimales de 10 à 15 °C. Le crapaud buffle est également très tolérant à la deshydratation.

Afin de se protéger de ses prédateurs, en plus de ses toxines, il est également capable d'inspirer une grande quantité d'air dans ses poumons pour gonfler son corps et paraître ainsi plus grand et plus gros.

Son espérance de vie est de 10 à 15 ans.

Le crapaud buffle et l'Homme

Le crapaud buffle a été introduit dans divers régions du monde pour lutter contre les nuisibles en agriculture. Ces introductions ont généralement été bien planifiées et le crapaud buffle est certainement l'espèce introduite la mieux étudiée.

Avant les années 1840, il a donc été introduit en Martinique et à la Barbade. Il est également introduit en Jamaïque en 1844 pour réduire la population de rats. Malgré sa visible incapacité à contrôler la population de rongeurs, il est introduit à Porto Rico au début du 20ème siècle dans l'espoir qu'il limite l'infestation de coléoptères qui ravagent les plantations de canne à sucre. Ce programme de lutte contre les coléoptères se montre fructueux, ce qui conduit les scientifiques des années 1930 à promouvoir ce type de programme conmme une solution idéale aux nuisibles en agriculture.

Ainsi, de nombreux pays du Pacifique imitent Porto Rico et introduisent le crapaud buffle dans les années 1930. Ceux-ci ont notamment eu lieu en Australie, en Papouasie-nouvelle-guinée, aux Philippines, dans les îles Ogasawara et Ryu-Kyu au Japon, à Hawaï et aux îles Fidji ainsi qu'en Floride et dans la plupart des îles des Caraïbes.

Depuis, le crapaud buffle est devenu nuisible dans de nombreux pays et constitue une menace pour les espèces endémiques.

Australie

Suite au succès apparent du crapaud buffle pour détruire les populations de coléoptères dans les plantations de canne à sucre de Porto Rico et les introductions fructueuses à Hawaï et aux Philippines, l'idée de l'introduction en Australie pour détruire les nuisibles qui ravagent les champs du Queensland devient de plus en plus pressante.

102 crapauds mâles et femelles sont donc collectés à Hawaï et emmenés en Australie. Après un premier lâcher en août 1935, le Commonwealth Department of Health décide d'interdire toute nouvelle introduction tant que le comportement alimentaire de ce crapaud n'est pas clairement étudié. Une étude est donc réalisée et l'interdiction est levée en 1936. Des lâchers massifs ont lieu en mars 1937 et pas moins de 62000 jeunes crapauds sont lâchés dans la nature. Le crapaud buffle s'établit clairement dans le Queensland, la population augmentant de manière exponentielle et étendant son aire de répartition vers le Territoire du Nord et la Nouvelle-Galles du Sud.

Michael James Tyler (herpétologiste australien *1937) considère que ce crapaud a été inefficace pour réduire la population de coléoptères à laquelle il devait s'attaquer, notamment à cause des abris insuffisants que les jeunes plants de cannes  leur offfraient pour passer la journée, mais aussi parce que l'un des coléoptère contre lequel il était censé lutter se trouve rarement au sol à la portée du crapaud.

Suite à son introduction, le crapaud buffle a eu des conséquences importantes sur la biodiversité australienne. Le nombre de reptiles prédateurs a décliné, tandis que certains reptiles qui constituaient les proies des premiers ont vu leurs effectifs augmenter.

Sa population aurait atteint environ 200 millions d'individus en 2009. Cette espèce s'adapte également à la vie urbaine et on s'attend à le voir un jour apparaître dans de grandes villes comme Perth, Adélaïde ou Melbourne, car il progresse d'environ 60 kilomètres par an!

On cherche aujourd'hui à bloquer sa propagation de diverses manières. Ainsi, chaque année est organisé à Townsville, dans le nord du Queensland, le "Toad Day Out" durant lequel des centaines d'australiens se mobilisent pour capturer les crapauds, qui sont soigneusement triés par des spécialistes puis éliminés. La fourmi carnivore pourrait aussi constituer un moyen de lutte contre l'animal, car elle est insensible à son poison et le crapaud n'a pas la réactivité et l'agilité des grenouilles locales pour lui échapper.