Retour à la page précédente

Pseudophryne corroboree Moore, 1953

FR Français : Grenouille corroboree (méridionale)
EN English : (southern) Corroboree frog
DE Deutsch : Corroboree-Scheinkröte, Südlicher Corroboree-Frosch
ES Español :
Pseudophryne corroboree

Classification

Pseudophryne corroboree appartient à la famille des Myobatrachidae. Son statut de conservation est "en danger critique d'extinction", codé A2ace + 3ce, B2ab (ii, iii, iv, v), C1 (UICN, consulté le 24 février 2014). 

A2 = Réduction de la taille de la population prenant la forme suivante: réduction des effectifs égal ou supérieure à 80% constatée, estimée, déduite ou supposée, depuis 10 ans ou trois générations, selon la plus longue des deux périodes, lorsque la réduction ou ses causes n'ont peut-être pas cessé OU ne sont peut-être pas comprises OU ne sont peut-être pas réversibles, en se basant sur les éléments suivants: a) l'observation directe, c) la réduction de la zone d'occupation, de la zone d'occurence et/ou de la qualité de l'habitat et e) les effets de taxons introduits, de l'hybridation, d'agents pathogènes, de substances polluantes, d'espèces concurrentes ou parasites.

A3 = Réduction de la taille de la population prenant la forme suivante: réduction des effectifs plus ou moins égal à 80% prévue ou supposée dans les 10 années ou trois générations prochaines, selon la période la plus longue (maximum de 100 ans), en se basant sur les éléments suivants: c) la réduction de la zone d'occupation, de la zone d'occurence et/ou de la qualité de l'habitat et e) les effets de taxons introduits, de l'hybridation, d'agents pathogènes, de substances polluantes, d'espèces concurrentes ou parasites.

B2 = Zone d'ccupation estimée à moins de 10 km2, et estimations indiquant a) population gravement fragmentée ou présente dans une seule localité b) déclin continu, constaté ou prévu des éléments suivants: ii) zone d'occupation, iii) superficie, étendue et/ou qualité de l'habitat, iv) nombre de localités ou de sous-populations et v) nombre d'individus matures.

C1 = Population estimée à moins de 250 individus matures et présentant le phénomène suivant: un déclin continu estimé à 25% en trois ans ou une génération, slon la période la plus longue (maximum de 100 ans dans l'avenir).

Distribution

Cette espèce est endémique du sud-est de l'Australie. Elle se rencontre dans le sud-est de la Nouvelle-Galles du Sud, sur un territoire de moins de 400 km2.

Elle se rencontre dans les tourbières à sphaignes et les prairies et landes humides.

Carte

Description

Cette grenouille est très reconnaissable. Jaune vif, rayée de noir, elle présente une texture rugueuse tandis que son ventre est lisse. Sa taille n'excède pas 3 cm. 

Alimentation

Elle se nourrit de coléoptères, d'acariens, de fourmis ou de larves d'insectes. Les têtards se nourrissent d'algues ou de petits morceaux de matières organiques.

Reproduction

Cette grenouille atteint sa maturité sexuelle vers 4 ans. 

La reproduction a lieu autour de décembre, près de marais, prairies humides ou autre bassins peu profonds. Les mâles construisent des nids dans les herbes ou la mousse, puis appellent les femelles avec leur chant.

Chaque mâle peut attirer jusqu'à 10 femelles. Si son nid est plein d'oeufs, il en construit un autre. La femelle pond jusqu'à 38 oeufs que le mâle fertilisera en déposant son sperme directement sur les oeufs en s'aggripant à la femelle. 

Les jeunes têtards resteront dans la couche protectrice du nid jusqu'à ce que les eaux souterraines inondent le nid à la saison des pluies, vers avril-juin.

Moeurs

Cette espèce est le premier vertébré découvert qui est capable de produire son propre alcaloïde toxique, par opposition à son obtention par l'intermédiaire de nourriture comme le font d'autres espèces.

Cet alcaloïde a été nommé pseudo-phrynamine. Elle est sécrétée par la peau comme une défense contre la prédation, et potentiellement contre les infections de la peau par les microbes. 

Elle est très singulière dans son comportement. Non seulement elle ne se reproduit qu'à partir de l'âge de 4 ans, mais elles hibernent aussi en hiver sous quelque protection qu'elle trouve.

Les mâles restent avec leur nids et peuvent se reproduire avec plusieurs femelles au cours de la saison.

Danger

Cette espèce a diminué de façon spectaculaire au cours des trente derrnières années. En juin 2004, on estimait la population adulte à 64. Aujourd'hui elle ne se rencontre plus que dans une région fragmentée de moins de 10 km2 dans le parc national du Mont Kosciuszko en Nouvelle-Galles du Sud.

La quasi-disparition de cette espèce peut être attibué à de nombreuses causes, tels que la destruction de leur habitat, le développement des stations de ski, les animaux sauvages, le cycle de sécheresse prolongé ou encore l'augmentation du rayonnement UV.

La sécheresse affecte ces grenouilles en séchant leurs sites de reproduction de sorte que le cycle de reproduction, qui est déclanché par les changements saisoniers et nécessite une humidification des tourbières à l'automne et au printemps, est retardé. Les têtards n'ont pas fini leur métamorphose lorsque les tourbières se déssèchent et finissent par périr.

Une autre raison du déclin de cette espèce est l'infection par le chytridiomycose. Ce champignon, qui détruit la peau des grenouilles, est soupçonné d'avoir été accidentellement introduit en Australie dans les années 1970.

Protection

Depuis 2010, les zoos de Taronga, Melbourne et Healesville unissent leur force en récoltant les oeufs pour les élever en captivité, avant de les réintroduire sur leur site de collection.

En 2010, 47 oeufs ont été placés dans différents endroits du parc national du Mont Kosciuszko, suivi de 244 autres en 2011. Un dernier lot de 819 oeufs sera encore placés dans différents endroits par la suite, autant dans une zone infectée par le chytridiomycose que non-infectée, afin de surmonter et de comprendre l'impact de ce champignon.

Divers

Le nom de cette grenouille lui a été donné en référence à sa livrée dorsale rappelant les tenues portées par les Aborigènes d'Australie lors des Corroborees.

Un Corroboree est une réunion commémorative. Le nom a été inventé par les colons européens par imitation du mot autochtone caribberie. Lors d'un Corroboree, les Aborigènes interagissent avec le Temps du rêve à travers la danse, la musique et le costume. De nombreuses cérémonies miment les événemets de cette époque. La plupart de ces cérémonies sont sacrées et les gens extérieurs à la communauté de sont pas autorisés à y participer ou à la regarder. Leurs corps étaient peints de différentes manières et ils portaient des parures diverses qui n'étaient pas utilisées tous les jours.